Vous êtes ici > Accueil > Plage et sports de glisse

La Maison Rayhan, à la croisée des meilleurs spots de Kitesurf

Les crêpes marocaines aux confitures «made at home» sont délicieuses. Le café également. Le vent se lève doucement sur la superbe terrasse du toit de la maison Rayhan. Il faut y aller. Sidi Kaouki, la baie d’Essaouira, Diabat ou Moulay Bouzerktoun ?

Il faut dire que depuis ici on a le choix. L’avantage de la campagne, ce n’est pas uniquement son calme. Selon la route choisie, on accède facilement et rapidement à chacune de ces Mecque du kite et du windsurf.

Les plages d'Essaouira
           Les plages d’Essaouira

Essaouira

La plage Tagharte dans la baie d’Essaouira vaut le détour pour se mettre à l’eau. A deux pas de la magnifique médina, immersion rapide et totale dans l’ambiance marocaine. Attention toutefois à la surpopulation. Prenez une marée haute, ajoutez-y une après-midi en plein été et Armageddon n’est plus seulement l’ultime combat entre le bien et le mal, mais une lutte pour gréer, décoller et atterrir. Il faut partager l’espace avec les baigneurs, les surfeurs, les chameaux, les déchets plastiques et les quads. Le vent est rafaleux car la ville et le béton sont proches. Les grosses vagues sont bloquées par le port et l’ile de Mogador. Le clapot prédomine, plus facile pour commencer. Conclusion : il faut également savoir éviter les débutants.

Plage de Tagharte - Essaouira

Diabat, plage numéro 2

Vous l’aurez compris, il y a mieux si vous savez naviguer! Et non loin de là. Prenez la direction de Diabat, et visez celle que les locaux surnomment simplement «La plage n°2» à l’embouchure du Oued El Kassab. Accessible sans Hummer, les quelques centaines de mètres de piste sont parfaitement praticables avec deux roues motrices. L’UCPA y donne ses cours mais mis à part eux et quelques kitesurfeurs avertis, pas grand monde, un vent plus régulier et déjà quelques vagues très intéressantes.

A partir de là, ou depuis la baie si vous avez surmonté l’agoraphobie, s’offre maintenant un magnifique «downwind» vers le cap Sim et Sidi Kaouki. Magnifique est un euphémisme : 25km environ de kif à surfer des belles vagues avec une vue imprenable sur les dunes désertes. Certains paient pour faire ce trajet en quad, le nez dans le guidon. C’est dire… Comptez 1h15-1h30 pour rejoindre Sidi Kaouki en vous amusant quelques temps dans les vagues. Attention toutefois au Cap Sim : avant de le contourner, le vent semble avoir tendance à faiblir, avant de se renforcer énormément de l’autre côté, orientation « side off ». Notre expérience début août: 15-20 nœuds orientation NE avant de passer le cap, 30-35 nœuds de l’autre côté près des collines. Pas de soucis avec des voiles de 8 et même 10m2 mais soyez avertis. Ça surprend et ça tire !

Sidi Kaouki

La plage de Sidi Kaouki est longue et belle, malgré les déchets qui ont tendance à s’accumuler sous le vent. Possible d’atterrir et gréer presque partout, également depuis la petite plage jouxtant «La mouette et les dromadaires», une excellente adresse culinaire. Poisson du jour et ambiance cool. Les enfants et les conjoints qui n’aiment pas recevoir continuellement du sable dans le visage vous remercieront. A Sidi Kaouki, selon les dires des locaux, le vent est plus fort qu’à Essaouira, probablement dû à un effet venturi et/ou thermique provenant du Cap Sim. Les éoliennes n’ont pas été placées là par hasard. Le vent dominant du nord-est souffle ici avec une orientation davantage « side-off » qu’au nord. Il peut être très fort et rafaleux, mais sélection naturelle oblige, il y a peu de monde.

Plage de Sidi Kaouki

Moulay Bouzerktoun

Et puis il y a Moulay. Ah Moulay ! Découvert selon Wikipédia en 1986 par nos ancêtres les windsurfers, Moulay Bouzerktoun est aujourd’hui le fief de l’élite locale et mondiale. Un « surf break » facilement accessible à 25km au nord d’Essaouira. Le temps et le développement urbain se sont arrêtés dans ce petit village. Le temps d’apprécier. Les vagues peuvent être très grosses. Le vent très fort. Comme dans les films ! A marée haute, la plage devient petite et il faut cohabiter avec les gardiens du temple : les véliplanchistes allemands. Attention ils sont balèzes.

Plage de Moulay

Si vous avez la boule au ventre, un jour de grande affluence, donnez les clefs de la voiture à votre chéri(e), tirez un premier bord et visez le sud. Après Essaouira-Sidi Kaouki, prenez la ligne directe Moulay – Essaouira, probablement l’un des plus beaux downwind à faire dans la région (à faire tout court). De magnifiques vagues dans un écrin de rêve ; de quoi s’amuser des heures, dunes au bord, le désert en mer. Un terrain de jeu long de 30km environ, pour vous tout seul. En anglais dans le texte : enjoy !

L’arrivée à Essaouira est elle aussi impressionnante. Dans un autre registre. La ville se dessine dans la moiteur, des immenses rochers jaillissent de l’eau. Il faut viser entre eux et l’île de Mogador, slalomer entre les bateaux de pêcheurs pour finalement arriver à bon port. Après 1h30-1h45 environ de glisse, vous voilà donc dans la baie, là où vous attendent surfeurs, baigneurs, puis chameaux et quads. Le retour sur terre peut-être difficile, psychologiquement parlant.

Pauline, Mélanie et Latifa vous attendent toutefois dans la quiétude de La Maison Rayhan pour savourer une cuisine fusion Franco-Marocaine, originale, bio, locale et elle aussi magique. Bon appétit, et surtout bon vent ! Demain, vous aurez à faire le même choix qu’aujourd’hui. Dur…

La Maison Rayhan Kite

Christophe Ungar (Bandit 2016 10m2 – Twintip FOne Acid)
&
Gwenael Le Cointe (North Neo 8m2 – Surfboard FOne Mitu)

Août 2018

Et si vous n’êtes pas un chevronné de la glisse, plusieurs écoles très sérieuses proposent des cours et de la location de matériel.